AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Entre pinceau&peinture | Yu Ri

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
gS
avatarSong Min SugS

Humeur : Qui veux jouer avec moi à la balle ? =D
Where am I ? : Dodo u_u In my bed. x)
Messages : 32

baby, that's me!
;Réputation:
100/100  (100/100)
;Relationships:
; my D I A R Y:

MessageSujet: Entre pinceau&peinture | Yu Ri   Ven 6 Nov - 3:13

    Les traits du visage se formaient, peu à peu, devenant un peu plus réaliste à chaque passage du fin pinceau. Les yeux.. Quelques ombres.. Le nez, et encore des ombres. Un peu de réalisme en y glissant un léger creux sur les pommettes, simple fossette. Il coinça un instant le bout du pinceau entre ces lèvres, relevant son regard sur les quelques personnes qui passaient près de lui, portant un regard discret au passage, sur sa toile. Il n'aimait pas tellement ces regards curieux, mais après tout, il ne pouvait pas s'en plaindre, il était au milieu du passage, installé sur un banc de bois, avec sa mallette de peinture à ces cotés et une toile sur ces jambes qu'il avait croisé pour être assis en tailleur. Ce matin, il s'était levé à la hâte, mangeant précipitamment un croissant avant de boire son jus d'orange et de partir à l'extérieur, non sans attraper, au passage, sa mallette et la petite toile qu'il avait glissé sous son bras. Il avait une forte envie de peindre, et rien de mieux pour ça que de se rendre dans un endroit jovial, remplis de trésor, et qui sentait la nature. Il s'était donc rendu à Cheonggyecheon s'installant rapidement sur le premier banc de libre trouvé, et déballa tout son attirail pour commencer son oeuvre.

    Aujourd'hui, il faisait particulièrement beau et tout ne pouvait que lui donner motivation. Il ne peignait aucun paysage, en fait, ces peintures étaient ce qu'il imaginait et au jour d'aujourd'hui, il imaginait simplement le visage d'une petite fille souriante. C'est qu'il était bien pour que ces peintures exprime la joie. Il était donc joyeux et heureux. Il fit un petite pause, reposant en équilibre le pinceau sur la palette de couleur, glissant ces mains derrière sa tête pour s'étirer un moment, faisant attention de ne pas bouger les jambes pour ne pas faire chuter son esquisse au sol caillouteux.
    - Dit, monsieur, c'est qui la petite fille ?
    Une petite voix l'avait obligé à rabaisser la tête, brisant le contact de son regard sur le ciel pour le porter sur une petite tête blonde. Une petite fille, tout aussi mignonne que celle qui se trouvait sur son dessin. Il haussa les épaules, lui adressant un sourire, prenant toute fois le temps de lui répondre.


    - Je ne sais pas, c'est une petite fille que j'ai imaginé.
    - Elle est jolie, alors.


    Le visage de Min Su s'illumina, éclairant son visage d'un large sourire tandis qu'il remerciait la petite fille qui retournait près de sa mère, non loin de là. Qu'est-ce qu'il aimait les enfants, c'était si innocent, mignon et attendrissant. Lui-même en était un. Il attrapa de nouveau son pinceau et se remit au travail, avec une plus grande satisfaction face au compliment de la petite fille. Promis, s'il l'avait fini avant qu'elle ne parte, il lui donnerait.
    C'était si paisible ici, qu'il aurait facilement pu y passer quelques heures en plus. Il finalisa son tableau et releva la tête avec rapidité vers le lieu ou la petite fille s'était trouvé et l'aperçut, partant avec sa mère. Il se leva alors, son tableau tenu précieusement et courut jusqu'à elle, avant de lui offrir, remercier par la mère et la petite fille qui déposa un baiser sur sa joue. Peu importe s'il travaillait sans être payé, lui, il était payé des sourires de ceux qui bénéficiait de son chef d'oeuvre. Il retourna à ces affaires, les rangeant précieusement après avoir nettoyer ces outils et referma la mallette. Peut-être pourrait-il aller boire une grenadine quelque part avant de rentrer, même s'il n'était que 16h. Il pourrait aller à un parc et trouver des personnes avec qui jouer. Il marcha, donc, direction la sortie de Cheonggyecheon sans savoir qu'une autre personne marchait dans sa direction, qui plus est, face à lui. Il eut juste le temps de relever la tête et de s'arrêter pour ne pas lui rentrer dedans. Sa serait fâcheux, lui qui détestait faire du mal au autre. TT Il allait pour s'excuser, sourire et partir, mais la personne qui se trouvait devant lui n'avait rien d'une inconnue. Il l'a connaissait. Très bien même, mais elle avait disparut depuis longtemps. Comment pouvait-elle encore se trouver ici ?


    - Yu... Yu Ri ?

    Au moins, c'était un bon moyen de savoir si c'était vraiment elle et non une soeur jumelle très éloigné. Okay, c'était peu probable TT C'était bien elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarInvitéInvité


MessageSujet: Re: Entre pinceau&peinture | Yu Ri   Ven 6 Nov - 3:50

Yuu se réveilla de bonne humeur, chose exceptionnelle. La jeune fille s'étira de manière féline, en regardant partout autour d'elle. Des flacons trônait partout dans sa chambre, et sa penderie était ouverte, dévoilant un nombre hallucinant de vêtements. Elle se leva lentement, et partit en direction de la douche. Elle alluma son poste, et resta une bonne vingtaine de minutes sous la douche froide. Elle sortit, et une serviette enroulée autour de son corps svelte, elle retourna dans sa chambre. Alors qu'elle s'apprêtait à aller choisir ses vêtements, elle aperçut une photo qui trainait sur son bureau. Elle s'en empara, et fut stupéfaite. Elle était pourtant persuadée qu'à l'époque, avant de partir en France, elle avait brûlée toutes les photos de ceux qu'elle avait pu aimer. Elle ne souriait pas, restant bloqué sur l'image. Il y a deux, elle n'était pas du tout comme elle était maintenant. La mode ne l'intéressait pas plus que ça. Elle avait de longs cheveux châtains qui caressait le bas de son dos, et souriait. Elle soupira, et regarda le visage de l'autre personnes présente sur la photo. Il passait un bras autour de sa taille, et souriait à l'objectif, comme un enfant. Ses cheveux entre le châtains et le roux tombait sur son front. Song Min Su. Elle envoya la photo à l'autre bout de sa chambre, et se plaça devant sa penderie. Elle mit ses sous vêtements, et s'empara d'une paire de collant noir. Une fois mis, elle regarda sa large collection de jupe. Elle en enfile une descendant en dessous du genou, fendu jusqu'au milieu de sa cuisse. Elle enfila un débardeur vert pomme, commença à se coiffer. Ses cheveux normalement ondulés furent lissés, formant un carré plongeant autour de son visage fin. Elle se maquilla légèrement, traçant un trait de khôl en dessous et au dessus de ses yeux. Elle fuma une cigarette, puis sortit. Elle s'empara de son sac, et une fois devant la porte enfila des bottes de cuir noir montant jusqu'au milieu de ses mollets. Avec ces bottes, elle gagnait près de 5 cms. Elle enfila une petite veste noir puis descendit. elle s'arrêta comme toujours dans la boulangerie non loin, et un café noir dans la main. Elle s'arrêta un instant, se demandant ou elle pourrait aller. Après quelques secondes, elle se décida d'aller à Cheonggyecheon. Ses écouteurs dans les oreilles, elle avançait lentement, profitant un peu du paysage. Elle jeta son gobelet dans la première poubelle qui passa, et continua sa route, sans prêter attention à ce qui l'entourait. Elle s'arrêta de nouveau devant une boulangerie à la vitrine fort alléchante. Elle entra, et ressortit avec plusieurs sucettes piquantes dans son sac. Elle avait la manie stupide de manger des sucettes et de fumer en même temps. Une sucette de toutes les couleurs dans la main, une cigarette dans l'autre, elle avançait au rythme d'un de ses groupes fétiches. Elle repensa à la photo qu'elle avait retrouvé, et se jura de la brûler dès ce soir. Elle savait qu'il était ici. Il était à Seoul, mais elle le fuyait comme la peste. Elle baissa la tête un instant, la cigarette dans la bouche, pour chercher de quoi emballer sa sucette dans son sac, pour la mettre de côté. Elle vit soudain des pieds juste devant elle, et quelqu'un qui s'arrêtait juste avant de la percuter. Elle releva lentement la tête, et avant même qu'elle ai vu le visage du jeune homme totalement, une fois résonna dans ses oreilles. - Yu... Yu Ri ? Elle le regarda droit dans les yeux, elle était comme figée. Min Su. Deux ans, deux ans qu'elle l'avait laissé. Pour partir en France. Pour fuir les sentiments qu'elle avait pour lui. Sa main lâcha la sucette, qui percuta le sol, se cassant en milles morceaux. Un peu comme son coeur lorsqu'elle l'avait embrassée puis quitter. Elle porta sa cigarette à sa bouche, par manie. Elle recracha la fumée sur le côté. Devait-elle fuir ? Non.

« Oui...»


Elle termina sa cigarette, en se maudissant d'être venue ici, elle qui n'y venait qu'une tout les trois mois environs. Elle observa le jeune homme un instant. Il avait un peu grandi, et ses cheveux était plus foncé. Sa main passa dans ses propres cheveux qu'elle avait coupé dès qu'elle était arrivé à Paris. Min Su.. Elle continua à regarder le jeune homme, sans savoir quoi dire. Que disait-on dans ces cas là ? Ca faisait longtemps ? Forcement, ça faisait longtemps, puisqu'elle l'avait abandonné ici, allant profiter autrement de sa vie. Elle avait passé 6 mois avec lui, il se voyait tout les genres. Ils avaient une relation ou les mots et les gestes ne comptait pas. Seuls leurs regards suffisait. Il se tenait par la main , et pouvait passer plusieurs heures à se regarder, sans se parler. 6 mois. Depuis lui, elle n'avait jamais embrassé sans qu'il n'y ai rien derrière. Elle avait perdu sa virginité peu après son arrivée à Paris. Elle n'était plus aussi pure. Mais lui, il avait toujours l'air.. Comme un enfant. Pur, délicat et fragile. avait-il souffert quand elle l'avait quitté ? Elle se ralluma une cigarette, fumant à l'affilée comme à chaque fois lorsqu'elle était stressée.

« Song Min Su.. Je ne pensais pas te voir ici.»


Bien sur elle ne comptait pas le voir ici, puisqu'elle l'évitait.
Revenir en haut Aller en bas
gS
avatarSong Min SugS

Humeur : Qui veux jouer avec moi à la balle ? =D
Where am I ? : Dodo u_u In my bed. x)
Messages : 32

baby, that's me!
;Réputation:
100/100  (100/100)
;Relationships:
; my D I A R Y:

MessageSujet: Re: Entre pinceau&peinture | Yu Ri   Ven 6 Nov - 18:07

    Ce visage, il le connaissait parfaitement. Ce regard, il s'y était souvent noyé. Ces allures avaient pourtant bien changé tout comme son style vestimentaire qui était on ne peut plus féminin qu'auparavant. Elle était resplendissante et éclatante, plus vivante qu'avant, c'est du moins ce à quoi il pensait. Comment avait-elle autant changé en si peu de temps ? Il l'observait, sans pouvoir réellement détacher son regard de son visage. Elle lui avait manqué, bien plus qu'il ne l'aurait imaginé. Il avait appris à l'oublier, du moins, c'est ce qu'il pensait avoir fait, mais de nouveau en face d'elle, tout ce qu'il avait mit de coté avait soudainement refais surface. Devait-il en avoir peur à son tour et fuir ? C'est peut-être ce qu'elle aurait voulu. Pas lui. « Oui...» C'est juste ce qu'elle prononça au départ, l'air détaché. L'avait-elle seulement aimé un jour ou est-ce que tout ce qu'ils avaient vécut n'était qu'un vague passage de son passé ? « Song Min Su.. Je ne pensais pas te voir ici.» Sa façon de fumer, d'être, cet allure complètement indifférente, devait-il prendre sur lui pour arriver à contenir toutes ces questions qui ne cessaient de lui brûler les lèvres comme avalant des morceaux de braise ? Dans tout les cas, elle était stressé, il connaissait chaque sentiment qui émanaient d'elle, mais impossible d'en savoir d'avantage, elle semblait fermé.

    - Je ne pensais pas te voir ici non plus..

    Pouvait-il seulement avoir penser à la voir un jour ? C'était peu probable, il avait abandonné l'idée, jusqu'à ce que ça soit elle qui vienne à lui. Mais en face d'elle, il se sentait quelque peu idiot, de ne pas savoir qui lui dire alors que le jour de sa disparition, il s'était promis de lui avouer plein de chose. Était-ce toujours d'actualité ? Il baissa le regard, un instant, observant cette sucette au sol, brisé en plusieurs morceau sans qu'aucun ne touche le bâton blanc. C'était comme ça que tout devait se terminé entre eux ? Brisé comme la friandise au sol ? Il releva la tête, observant les lèvres de la jeune fille d'où la fumée tueuse sortait avec rapidité. Elle était stressé.

    - C'est un peu étrange cette situation, j'ai presque oublié comment j'étais en ta présence autre fois. Là, je me sens comme mal à l'aise.


    Faux. En sa présence, il s'était toujours trouvé bien. Seulement, là, il manquait une chose. Leur complicité. Il y avait tellement de chose de changé. Min Su également. Il était devenu brun, les cheveux un peu plus court dans un effet décoiffé. Ces vêtements plus à la mode et il avait prit de la grandeur, tout comme des muscles. Il paraissait plus fort mais tout aussi fragile qu'avant. Un drôle de mélange d'adulte et d'enfance. Ces mimiques, elles, étaient toujours là, prouvant qu'il s'agissait bien du même Min Su. Son caractère également, était identique si ce n'est qu'il paraissait plus réfléchir à ces paroles avant de parler. Peu importe si ces paroles pouvaient la blesser ou non, il avait besoin de le lui dire. Avant, comment était-il en sa présence ? Il avait tellement chercher à l'oublier, c'était même laver plusieurs fois le cerveau, vidé en pensant à autre chose, qu'il avait finit par perdre tout ces souvenirs qui le tenait encore un peu en vie. Elle lui avait manqué et lui manquait toujours autant, mais il était incapable de dire s'il aurait vraiment souhaité la revoir ou non, sans savoir si le destin l'avait aidé ou, au contraire, l'avait enfoncer d'avantage. C'était un peu dur à exprimer, lui-même n'arrivait pas à se l'expliquer, mais la présence de la jeune femme face à lui, lui rappelait combien il l'avait aimé et combien il avait été attristé de son départ précipité, sans même une explication.

    - Tu étais où ? Durant tout ce temps..

    Simple pensée qui avait franchit la barrière de ces lèvres, mais puisqu'il avait osé la faire entendre à haute voix, autant attendre une réponse franche de la part de Yu Ri. Il releva donc le regard sur le sien, sans chercher à s'y noyer, paraissant seulement intrigué et avide d'en avoir la réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarInvitéInvité


MessageSujet: Re: Entre pinceau&peinture | Yu Ri   Ven 6 Nov - 20:29

Yuu se sentit soudainement.. étrange. Elle avait peur, de revoir son passé. Et celui qui représentait le plus son passé, c'était Min Su. Son premier amour, qu'elle voulait tant oublier. Redresse toi Yu Ri, regarde le passé en face. Elle fumait, sans parler. Comment faire ? Elle ne pouvait plus le fuir, elle n'avait pas le droit. Elle ne retournerait pas en France, elle étudiait ici. La biochimie était importante pour elle, parce que tout le monde sait qu'une parfumeuse qui n'était pas connue avait besoin d'un travail à côté d'elle. Elle inspira un grand coup, et se redressa le plus possible. Son visage, ses lèvres, son sourire. Tout en lui rappelait à Yuu le passé, celui qu'elle avait effacé. Elle voulait seulement oublier, pourquoi était-ce si dur ? Elle replongeait dans ses souvenirs, et en souffrait plus que jamais. Elle avait 19 ans à l'époque, 19 à peine. Elle balança ses cheveux en arrière, et d'un geste vif écrasa ce qui restait de la sucette. Un air impassible restait gravé sur son visage, tandis qu'elle détaillait le jeune homme de la tête au pied. Le temps n'était pas à la peine et aux regrets. Elle n'était plus la petite fille qui disait tout ce qu'elle pensait et sourit à tout va. Elle était changée, fermée, et ça lui plaisait. Cependant, face à Min Su, son coeur la tiraillait. Elle claqua ses talons au sol, et termina sa cigarette.. pour en rallumer une de suite. - Je ne pensais pas te voir ici non plus.. Elle recrachait encore la fumée, faisant attention à ne pas la cracher dans le visage du jeune coréen qui se tenait face à elle. Avant de partir, elle lui avait murmuré une unique parole. " Oublie moi". Il l'avait fait, de toute évidence. Elle avait mis longtemps à l'oublier, et s'en voulait encore de temps à autres. Mais c'était la vie, c'était comme ça, point à la ligne, non ?

- Je t'évitais.


La vérité était sorti d'elle même. Comme un aveu, sans sentiments, rien. Et elle aurait aimé, encore maintenant être dans son lit en train de dormir. Mais elle était ici, Min Su en face d'elle. Elle était mal à l'aise, mais ne le montrait pas. De toute façon, rien n'était à changer. Elle l'avait quitté, et quand elle voyait ce qu'elle était, c'était mieux pour lui. Min Su était comme un enfant qu'il fallait protéger. Elle l'avait fait durant 6 mois, les six derniers mois de sa vie de petite fille. Son changement de style et de comportement était flagrant, mais il l'avait reconnu au premier coup d'œil. Elle regarda un instant la friandise éclaté en centaines de morceau sur le sol, tandis que de la fumée sortait doucement de sa bouche. Stressée. Lorsqu'elle l'avait connue, elle était persuadée qu'il resterait longtemps ensemble, et au premier coup d'œil, il lui avait plus. C'était fini, il n'était plus un couple, il n'était même pas ami. - C'est un peu étrange cette situation, j'ai presque oublié comment j'étais en ta présence autre fois. Là, je me sens comme mal à l'aise. L'air froid que Yu Ri affichait sur son visage se durcit. Etait-ce vraiment ce qu'elle voulait ? Qu'il soit mal à l'aise ? Au vu de son comportement, c'était sans doute ça en fait.

- Je ne sais plus, c'était il y a longtemps. Tu ne me connais plus.. Et je te connais plus non plus.


Le voulait-elle simplement ? Qu'il la connaisse ? Non, oui, peut-être. Vu comme elle était, cela ne l'intéressait sans doute pas. Elle n'était plus celle qu'il avait peut-être aimer. L'avait-il aimé d'ailleurs ? Elle en doutait, elle ne savait pas. Elle l'avait protégé comme s'il avait été son enfant. Il était si fragile, et elle l'avait sans douté détruit en partant. Elle se souvenait de son visage lorsqu'elle lui avait tourné le dos, juste avant de partir à l'aéroport . Elle ferma les yeux un instant, continuant à fumer. Ce n'était pas en repensant au passé qu'elle le changerait. Elle avait toujours été la " petite soeur de Bo" mais maintenant, ça n'était plus le ça. Elle n'avait même jamais même parler de son frère à son ancien amour. Elle était Ahn Yu Ri, l'une des filles de Sojunghan. Sa confrérie, rien que ça. Elle regarda à nouveau le sol, le coeur chamboulé. - Tu étais où ? Durant tout ce temps.. Fissure. Son coeur battait à tout rompre dans sa poitrine, tandis qu'elle regardait le jeune homme droit dans les yeux. Elle perdit un peu son air froid, et le regret emplissait son regard clair. Elle regarda ailleurs.

- A Paris. Dans une école de parfumerie. Deux ans.


Des mots coupés, et une voix qui retrouvait son naturel. Elle continuait de fumer, sans regarder le jeune homme. Son regard restait posé sur les débris de sa friandise. Les morceaux était éparpillés de part et d'autre du bâtonnet blanc. Un coup de vent fit voler le petit bâtonnet. Laissant les morceaux séparés les un des autres, sans rien au milieu. Elle était une partie de ces morceaux. Le lien qu'elle avait eu avec le jeune homme avait disparu.
Revenir en haut Aller en bas
gS
avatarSong Min SugS

Humeur : Qui veux jouer avec moi à la balle ? =D
Where am I ? : Dodo u_u In my bed. x)
Messages : 32

baby, that's me!
;Réputation:
100/100  (100/100)
;Relationships:
; my D I A R Y:

MessageSujet: Re: Entre pinceau&peinture | Yu Ri   Sam 7 Nov - 0:43

    - Je t'évitais. Qu'est-ce que ces paroles le blessait. Comment pouvait-elle chercher à l'éviter ? Pourquoi d'ailleurs ? Avait-il fait quelque chose de mal ? Avait-il dit ou fait quelque chose qui ne fallait pas ? Il avait beau chercher, il ne se rappelait de rien en ce qui aurait pu mettre un terme à leur amitié tout comme à leur amour. Il n'était pas rester ensemble très longtemps, mais 6 mois, ça compte beaucoup dans la vie de notre Min Su. En l'occurrence, c'est maintenant qu'il s'en souciait. Il ne répondit rien, baissant simplement les yeux sur cette sucette au sol qu'elle avait prit soin d'écraser un peu plus. Il en fut presque blessé d'avantage, son visage laissant place à un air déconfit. Blême, pâle. Il aurait presque eut l'envie de pleurer, s'imaginant être cette sucette, piétiner par la même personne.
    - Je ne sais plus, c'était il y a longtemps. Tu ne me connais plus.. Et je te connais plus non plus. Oui, c'était il y a longtemps, mais de là à dire qu'ils ne se connaissaient plus était exagéré. Certes, ils avaient changer d'opinion, de vue sur le monde, mais il y a toujours des choses qui reste. Ils se sont aimer, ils se connaîtront sur le bout des doigts jusqu'à la fin de leur jour. Min Su releva la tête sur le visage de la demoiselle qu'il avait souvent pu observer autre fois et qui lui paraissait si blessant à regarder à présent. Il détourna donc son regard, un soupir passant la barrière de ces lèvres.

    - Peut-être que ça n'était pas il y a aussi longtemps qu'on ne le pense. Deux ans, ce n'est pas si long.. Bien que ton absence l'est été pour moi.


    Il venait de lui avouer, en quelques secondes et en quelques mots que son absence l'avait blessé et profondément mutilé au fond de lui. Quand elle était partie, elle avait emporter avec elle un peu de son âme, de sa confiance, de son amour et de sa vie. Il ne s'était plus jamais sentit entier après son départ et avait longuement chercher remède à ces maux sans jamais en mettre la main dessus. Il n'y avait qu'elle qui détenait le remède au virus qui, peu à peu, le rongeait de l'intérieur. Il reposa son regard sur ces yeux noisette, s'y perdant un moment avant d'incliner légèrement la tête sur le coté, prenant son air plus dur. Je resterais fort face à toi, tu sais ? Parce que je me dois de l'être pour ne pas sombrer comme je l'ai fait à ton départ.

    - Est-ce que tu t'en ai seulement soucié ? Ou as-tu préféré... m'oublier dès que tu as mis les pieds dans cet avion ?


    Il n'avait même pas écouter sa dernière phrase. Où qu'elle est été, il s'en fichait, tout ce qui lui importait c'était de savoir pourquoi elle y était allé. Il aurait très bien pu la suivre, mais face à son silence, face au refus de ces appels, il avait finis par se faire à l'idée qu'elle ne voulait tout simplement plus de lui et il avait tenter de l'oublier. Il croyait y être parvenu, mais il n'avait fait que tout mettre de coté et aujourd'hui, alors qu'elle était près de lui, face à lui, tout lui revenait plus douloureusement qu'avant. Finalement, il s'approcha d'elle après avoir posé sa petite mallette au sol, tendant le bras pour venir attraper le petit cylindre qu'elle fumait, le jetant à ces pieds pour venir l'écraser. Il ne voulait plus qu'elle fume tant qu'elle ne lui avait pas dit. Il ne voulait plus qu'elle prenne attention à quoi que se soit d'autre qu'à lui, qu'elle lui explique, tout simplement.

    - Explique-moi.. ce que j'ai fais ou brisé. J'ai le droit de le savoir, c'est de moi dont il s'agit. Tu m'as toujours dit que tu serais franche avec moi, alors ne te défiles pas et sois-le encore maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarInvitéInvité


MessageSujet: Re: Entre pinceau&peinture | Yu Ri   Sam 7 Nov - 2:08

Yu évitait sans cesse le regard du jeune homme. Oublie moi, Min Su. Tu dois m'oublier ! Il ne l'avait jamais blessée, jamais il n'avait été vexant ou quoi que ce soit du style. Mais elle, elle n'avait jamais été stable sentimentalement depuis Min Su. Tout son être criait, lui criait de l'oublier, de partir loin, très loin de lui et de ne jamais le revoir. Mais une toute petite voix dans sa tête lui disait de rester, et de tout lui avouer. Son premier amour, tout premier amour.- Peut-être que ça n'était pas il y a aussi longtemps qu'on ne le pense. Deux ans, ce n'est pas si long.. Bien que ton absence l'est été pour moi. Elle sentit son coeur se fendre, encore et encore. Il avait souffert, tant souffert à cause d'elle. Sois courageuse Yuuri. Dis lui qu'il faut qu'il s'éloigne de toi, blesse le définitivement, et permet lui de te haïr pour qu'il t'oublie à jamais. Elle fumait, encore et encore. Un léger sourire se dessina sur son visage, tandis qu'elle rejetait ses cheveux en arrière. Elle le fixa longuement, Bon sang, que voulait-il ! Une catin ne pouvait aimer. Elle couchait uniquement, rien que coucher. Il ne fallait pas qu'il l'apprenne. Yu Ri avait appris à assumer, et ses 3 avortements l'y avait aidé. Elle était tombé enceinte, comble de l'horreur, lors de la sa première fois. Et lorsqu'elle avait été avorter, elle avait pensé à Min Su. A cette époque, elle était persuadée qu'il serait le père de ses enfants. Mais jamais plus elle ne devait l'aimer. Elle n'était plus aussi pure, mais ne le regrettait pas. Par réflexe, ses mains se posèrent sur son ventre en un geste de protection.

- J'ai changé du tout au tout Min Su. Deux ans après une séparation, c'est long. Surtout à notre âge.

Ses mains restèrent crispées sur son ventre, et elle ne bougeait plus. Elle fixa le jeune homme droit dans les yeux, sans savoir quoi rajouter de plus. Ca ne changerait jamais, elle ne redeviendrait plus la Yu Ri d'avant. Ne sombre pas Su, je ne le mérite pas. aime quelqu'un d'autres, fais ta vie avec, épouse la et fais lui des enfants. débrouille toi pour que je ne sois qu'une ancienne petite amie que tu as aimé et qui t'a blessé. Oublie moi, bon sang ! Son regard passait des débris de sucette au regard de Su, alors qu'un silence qu'elle trouvait pesant s'installait. Elle continua à fumer, son autre main encore crispée sur son ventre.- Est-ce que tu t'en ai seulement soucié ? Ou as-tu préféré... m'oublier dès que tu as mis les pieds dans cet avion ? Maintenant ! Blesse le maintenant Yu, il le faut ! Elle se ralluma une cigarette, et sa main se crisper de plus en plus.

- Je t'ai oublié 2 semaines après mon arrivée à Paris. Quand j'ai perdu ma virginité.


Elle essayait de l'achever, de le blesser comme jamais. Min Su.. Mon amour à jamais. Dans chacun de ses amant elle l'imaginait, elle avait sans cesse penser à lui, pendant plus d'un an. Mais ça, jamais elle ne l'avouerait. Elle ferma les yeux, et se concentra sur les odeurs. Min Su verrait sans doute ce qu'elle faisait, il l'avait souvent remarqué lorsqu'ils était ensemble. Elle analysa toutes les odeurs présentes, les murmurant avec une voix si basse qu'elle même ne s'entendait presque pas. Elle sentit Min Su prendre la cigarette de ses mains, et recula de quelques pas.- Explique-moi.. ce que j'ai fais ou brisé. J'ai le droit de le savoir, c'est de moi dont il s'agit. Tu m'as toujours dit que tu serais franche avec moi, alors ne te défiles pas et sois-le encore maintenant. Elle se ralluma une cigarette, surveillant les faits et gestes du jeune homme.


- Ca ne te regarde pas, Song Min Su ! Je suis partie, et je ne voulais plus te voir.


Elle le regarda, et prononca un mot, tandis que tout son être hurlait à l'agonie.


- Jamais.
Revenir en haut Aller en bas
gS
avatarSong Min SugS

Humeur : Qui veux jouer avec moi à la balle ? =D
Where am I ? : Dodo u_u In my bed. x)
Messages : 32

baby, that's me!
;Réputation:
100/100  (100/100)
;Relationships:
; my D I A R Y:

MessageSujet: Re: Entre pinceau&peinture | Yu Ri   Sam 7 Nov - 3:16

    Lui demander l'impossible n'était pas possible. Il ne pourrait pas l'oublier comme ça, même si elle venait à le blesser. Croyait-elle que c'était si facile ? Il était né comme ça, il ne pouvait pas changer maintenant de vision des choses et surtout pas quand ça implique des sentiments. Ce que Yu Ri ne savait pas c'est qu'en si prenant de cette façon, elle empirait les choses. Vouloir le blesser c'était comme lui enlever cette innocence qui faisait de lui un être pur. Voulait-elle ça ? - J'ai changé du tout au tout Min Su. Deux ans après une séparation, c'est long. Surtout à notre âge. Elle mentait, ou alors elle faisait semblant, dans les deux cas c'était la même chose, elle fabulait. Comment pouvait-elle dire que c'était long à leur âge ? Pourquoi leur âge ? Bien sur que ça avait été long, mais ce n'était pas non plus l'éternité. Il l'avait attendu et le temps avait passé vite, aujourd'hui, il s'en rendait compte. - Je t'ai oublié 2 semaines après mon arrivée à Paris. Quand j'ai perdu ma virginité. Là, Min Su en fut très choqué. Deux semaines après ? Il comptait si peu pour elle ? Son visage se baissa, lentement, tandis que ces yeux se remplissaient de larmes. Deux semaines après, elle l'avait remplacé ? Comme un vulgaire jouet dont on ne voudrait plus parce qu'il est devenu trop peu à la mode ? Il releva alors son visage, attrapant la cigarette qu'il laissa tomber au sol, l'écrasant ensuite, ce qui n'empêcha pas la jeune coréenne d'en rallumer une autre l'air passablement indifférente malgré son air stressé. - Ca ne te regarde pas, Song Min Su ! Je suis partie, et je ne voulais plus te voir. Il aurait voulu lui demander pourquoi, mais ce regard qu'elle lui jeta et ce « jamais » lancé à la figure l'insupporta. Pourquoi ? Ces larmes ne mirent pas longtemps à glisser le long de ces joues tandis qu'il hochait la tête négativement. Il ne pouvait pas. Ce n'était pas la vérité, hein ?

    C'est alors qu'il poussa ce hurlement, faisant sursauter plusieurs personnes aux alentours, tout regard rivés en leur direction. Il se pencha pour attraper sa mallette qui s'ouvrit, déversant à ces pieds son matériel de peinture. Il jeta la boite en bois plus loin, manquant de percuter une personne qui s'écarta de justesse, se penchant un peu plus pour attraper pinceau et palette, les lançant de nouveau plus loin, toujours avec ces mêmes hurlements, les larmes continuant de couler salissant ces joues un peu plus. Puis ces peintures, qu'il piétina tout en les serrant contre ces mains pour en déverser le contenu au sol. Jolie mélange de bleu, de rose, de rouge, de vert et d'autre couleur de l'arc-en-ciel puis il plaqua ces mains sur ces oreilles, incapable de se retenir d'avantage. Il prononça alors des paroles, à voix forte, si bien que n'importe qui pouvait les entendre maintenant.


    - Je ne te détesterais pas ! Yu Ri, je voulais que ça soit moi !


    Il aurait voulu être sa première fois, il aurait voulu être ce genre d'homme pouvant la rendre heureuse, mais ces rêves, comme d'habitude, avait été trop rose et remplis d'insouciance. Il devait se renfermer dans ce mutisme, cette bulle dont personne pouvait le sortir. Il était malade, depuis qu'elle était partie, il était devenu comme ça. A chaque fois qu'une chose le terrifiait, le choquait, le perturbait, il avait cette attitude, les mains plaqué sur ces oreilles, hurlant ou gémissant, comme souffrant de l'intérieur, et c'était le cas. Il se laissa tomber à genoux sur le sol, ces mains un peu plus appuyé sur ces oreilles, n'entend à présent plus rien que ces battements de coeur et sa respiration accéléré. Il avait arrêté d'hurler mais les hoquet s'échappant de son corps annonçait qu'il n'avait pas fini de pleurer. Ces crises étaient rare, et il fallait un élément vraiment déclencheur. Là, c'était le cas. Là, au milieu des graviers à présent coloré de sa peinture, les yeux fermés, les oreilles bouchée de ces mains, légèrement courbé vers l'avant, il semblait se calmer, essayant de faire le vide autour de lui, essayant d'atteindre sa bulle. Oublier ce qu'il avait entendu. Oublier.. Mais il n'y parvenait pas. La torture reprenait, comme il y a deux ans. Yu Ri... Tu viens de me faire sombrer, encore une fois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarInvitéInvité


MessageSujet: Re: Entre pinceau&peinture | Yu Ri   Sam 7 Nov - 3:53

Yu Ri crispa ses mains sur son ventre. Elle se pliait sous le choc des paroles qu'elle avait prononcé. Elle s'en était tant voulu ! Elle ferma les yeux, tout en fumant. Elle se haïssait comme jamais. Et c'est dans cette rue, remplie de passant, et face à Min Su qu'elle se rendait compte de la douleur qu'elle avait provoqué en lui. Sa gorge se bloqua, et elle baissa les yeux. Pourquoi ? Pourquoi avait-elle fait ça ? Son amour du parfum et de odeurs était-il plus important que celui qu'elle avait éprouvé pour Min Su ? Ou même qu'elle éprouvait encore. Elle se replongea dans son passé, et sentit son coeur se briser. Mensonge. Elle était à Paris depuis moins de deux semaines. Une nuit paisible, alors qu'elle découvrait les choix de la capitale, elle décida de se poser dans un bar. Un jeune français à côté d'elle commença à lui parler, et lui commanda plusieurs verres de coca. Elle parla avec lui avec joie, se remettant de cette façon de sa rupture avec Min Su. Puis ce fut le trou noir. Lorsqu'elle se réveilla, plusieurs heures plus tard, elle se sentait ailleurs, comme si elle avait trop bu. Pourtant, elle ne buvait jamais d'alcool. C'est alors qu'elle se rendit compte de sa nudité, et sentit une violente douleur dans le bas de son ventre. Elle se mit à pleurer, encore et encore, tandis que le jeune français apparaissait près de la porte, un large sourire sur les lèvres. Il prit une photo d'elle, tandis qu'elle se levait pour se rhabiller. Les larmes coulait sur son visage, tandis qu'elle sentait son coeur se briser. Elle s'était toujours promis que sa première fois serait par amour. Avec Min Su. Elle laissa échapper un long hurlement plaintif ne prononçant qu'un seul nom " Min Su", qui résonna dans la chambre, tandis que le jeune homme riait, encore et encore. Elle sortit en courant, prenant la peine au passage d'envoyer son genou avec toute sa force dans une zone sensible du jeune homme. Min Su.. Elle eut l'envie de rentrer immédiatement en Corée, de pleurer dans les bras de son amour, et de se reconstruire. Mais elle prit un tout autre chemin. Nuit après nuit, elle pleurait sans cesse. Mais puisqu'on avait abusée d'elle comme d'une trainée, alors elle en deviendrait une. Elle ferait souffrir tout ceux qui tenait à elle, les laissant assouvir leurs besoins, puis les jetterait. Rien de plus, rien de moins.

Alors qu'elle se réveillait, elle entendu un hurlement qui la brisa au plus profond de son être. Elle regarda avec horreur le jeune homme envoyer sa mallette loin de lui. Elle regarda les larmes couler sur les joues du jeune homme. Si elle avait pu mourir quand elle voulait, ça serait maintenant. Elle avait blessée le seul qui l'avait aimé pour sa beauté intérieur, pas pour son physique. Il piétinait sa peinture, en pleine crise. Elle ne l'avait jamais vu comme ça, lui d'habitude si calme, si paisible. C'est à ce moment là qu'elle se rendit pleinement compte de l'ampleur de sa méchanceté envers le jeune homme. Et alors qu'elle se rallumait une cigarette, elle sentit des larmes couler sur son visage. Elle laissa échapper un hurlement plaintif, qui attira encore plus les regards sur les deux jeunes coréen. Peu à peu, les gens les contournait, sans même les regarder. Elle se fichait de ce qu'on pouvait penser d'elle aujourd'hui. Elle laissa les larmes couler sur son visage en silence, tandis que son coeur se brisait de plus en plus à chaque seconde. Jamais, jamais elle n'aurait du le revoir. Elle ne voulait pas qu'il souffre autant. Son regard embué de larmes se posa sur le jeune homme, qui était à moitié penché, les mains sur ses oreilles. Non, Min Su..- Je ne te détesterais pas ! Yu Ri, je voulais que ça soit moi ! La jeune fille plaqua à son tour ses mains sur ses oreilles, murmurant sans cesse, tais toi, tais toi Min Su.. Elle se sentait faiblir à chaque minutes qui passait, et elle s'approcha de Min Su, son visage couvert de larmes.

- Je voulais que ça soit toi..


En une seule phrase, elle laissa sous entendre ce qu'elle avait vécu. Elle s'aggripa au jeune homme, et se laissa tomber au sol, juste à côté de la peinture, l'entrainant dans sa chute. Elle murmurait sans cesse la même phrase, en continuant à pleurer. Elle faisait honte à ses idéaux, à sa confrérie, mais peut importe. Elle s'agrippait au jeune homme, toujours en pleurs. Elle se rendait compte seulement maintenant de tout ce qu'elle lui avait vivre, et s'en faisait plus pour la douleur du jeune homme que pour la sienne.
Revenir en haut Aller en bas
gS
avatarSong Min SugS

Humeur : Qui veux jouer avec moi à la balle ? =D
Where am I ? : Dodo u_u In my bed. x)
Messages : 32

baby, that's me!
;Réputation:
100/100  (100/100)
;Relationships:
; my D I A R Y:

MessageSujet: Re: Entre pinceau&peinture | Yu Ri   Lun 9 Nov - 4:02

    Si elle avait voulu le blesser, Elle avait réussit, c'était indéniable, vu la crise qui approchait à grand pas. Ces dernières paroles l'avaient achevé le faisant entrer dans ce qui était l'une de ces crises. Il attrapa sa mallette qui s'ouvrit, déversant son contenue au sol, rejetant la boite en bois plus loin, piétinant ces peintures, les ouvrant pour en faire sortir le contenue au sol. A ce rythme là, le gardien du jardin allait sûrement le forcer à tout nettoyer. Mais c'était si beau cette aquarelle de peinture au sol, un arc-en-ciel, avec au dessus, toute sa douleur. Son visage se ferma, ces mains virent se plaquer contre ces oreilles, refusant d'en entendre d'avantage. Il pleurait, sans aucune honte, il pleurait. Mal. Douleur. Coup mortel. Il avait été gâté aujourd'hui, rien que par quelques mots. - Je voulais que ça soit toi.. Il n'avait pas entendus, ou pas tout à fait, entré dans cette crise tout aurait pu lui être dit, rien n'aurait pu être retenu dans son esprit à présent fermé à toutes personne. Dans sa bulle. Dans son monde, où toutes les douleurs pouvaient disparaître, ou presque, puisqu'il faudrait qu'il revienne à la réalité d'un moment ou un autre. Ces bras l'encerclèrent mais il semblait ne pas y faire attention, tout ces contacts devenant transparent. Il resta penché en avant, ces mains contre ces oreilles, murmurant quelques paroles, balbutiant ces douleurs depuis ces deux années.

    - J'ai attendus... J'ai oublié... J'ai attendus mais je n'y suis pas arrivé... Je voulais venir mais j'ai eu peur.. J'ai voulu retrouver Yu Ri. J'ai voulu mais je n'ai pas réussis. Pourquoi elle est partie ? Pourquoi elle m'aime pas ? Je veux plus avoir mal. J'avais plus mal... Yu Ri.. Je veux Yu Ri..


    Voilà les paroles qui franchissait la barrière de ces lèvres, sans qu'il ne prenne conscience que la concerné était face à lui, et l'avait prise dans ces bras. Il se calma, peu à peu, devenant silencieux, les yeux fermés. Sa respiration encore rapide, il sentit bientôt de nouveau la réalité. Ces genoux contre ces cailloux, les pas des passant autour d'eux, les oiseaux siffler et chanter. Ces bras... l'entourer et ce doux parfum. Elle était là. Encore là, mais contre lui. Il ôta doucement ces mains de ces oreilles, l'orage passé, et refermer ces mains sur le dos de la jeune coréenne, agrippant son vêtement comme un enfant s'agripperait à la jupe de sa mère pour se relever et apprendre à marcher à nouveau. Lui, il fit pareil; il s'accrochait à elle, sans avoir la force de se relever quand même. Il fallait le temps qu'il recouvre ces esprits. Qu'il récupère doucement. Il nicha sa tête dans le cou de Yu Ri, reniflant par instant et respirant cette douce odeur qui lui avait manqué. Elle sentait toujours aussi bon et sa peau était toujours aussi douce, oui parce que ces lèvres s'étaient refermé sur son cou, en un léger baiser, tandis qu'il cessait de bouger, les yeux fermés. On aurait pu croire qu'il dormait, mais ces mains toujours serré sur son vêtement démontrait qu'il était juste en train de se ressourcer, entre ces bras. Il avait besoin de retrouver cet énergie qui lui permettrait de se relever à nouveau. Parce que là, ça serait plus facile, elle était là, tandis qu'avant, il avait dû se relever sans elle, ce qui avait été beaucoup plus dur. Il se détacha doucement d'elle, son visage baissé, sans oser croiser son regard. Il ne le pouvait pas.

    - Ne cherches plus à me faire du mal.. Ne le fais plus.. s'il te plaît.. Ne me brise pas encore une fois...


    Il releva doucement son regard sur le sien, s'apercevant qu'elle aussi avait pleurer. Elle avait pleurer, mais pourquoi ? Elle aussi elle avait mal ? Il approcha sa main de son visage, essuyant de ces joues les quelques larmes qui s'y étaient trouvé tandis qu'il s'approchait d'elle, venant seulement poser son front contre le sien, fermant les yeux, caressant de son pouce sa joue.

    - Nous ne serons peut-être jamais un... couple.. Mais ne m'oblige pas à te détester, ça sera impossible pour moi.. Je veux juste cesser de ressentir cette douleur alors à l'avenir, évite-moi seulement... Fais comme si jamais tu ne m'avais connu et... ne tombe jamais amoureuse..


    Non, parce qu'il voulait rester le seul dans son coeur, tout comme elle resterait la seule. Jusqu'au bout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarInvitéInvité


MessageSujet: Re: Entre pinceau&peinture | Yu Ri   Lun 9 Nov - 4:34

Yu Ri se sentait mourir de l'intérieur. Son coeur explosait, détruisant tout ses organes. Du moins c'était une impression . Elle se sentait détruite comme elle ne l'avait jamais été. Ses yeux restait fixés sur le jeune homme, du moins ce qu'elle pouvait voir. Les larmes envahissait le visage de la jeune coréenne. Elle qui détestait les séries à l'eau de roses et mélodramatique, elle avait l'impression d'être en plein dedans.- J'ai attendus... J'ai oublié... J'ai attendus mais je n'y suis pas arrivé... Je voulais venir mais j'ai eu peur.. J'ai voulu retrouver Yu Ri. J'ai voulu mais je n'ai pas réussis. Pourquoi elle est partie ? Pourquoi elle m'aime pas ? Je veux plus avoir mal. J'avais plus mal... Yu Ri.. Je veux Yu Ri.. La jeune fille se sentait de plus en plus pathétique, assise sur le sol, en pleurs comme jamais. Les paroles du jeune homme la touchèrent en plein coeur. Elle l'avait aimé. C'était même pour ça qu'elle était partie, parce qu'elle l'aimait. L'amour n'était pas fait pour elle, ça fait juste souffrir. Les hommes n'aime pas, Yuu. Ils te regardent, et se disent juste que tu es bonne. Mais une partie d'elle lui disait que Min Su n'était pas de ceux-là. Elle plaqua ses mains sur ses oreilles, et poussa un hurlement strident, ce qui fit que plusieurs passants se bouchèrent les oreilles. Folle, elle était complétement folle, c'est tout. Elle serrait de plus en plus ses mains autour de sa tête, et murmura.
- Je ne t'ai jamais oublié.. Je suis partie par peur, tout simplement.. J'ai eu mal loin de toi, Min Su.. Je te voulais tellement près de moi..


Elle sentit les mains de Min Su l' agrippée, et se serra encore plus au jeune homme. La vie est la vie, tu souffres ou tu es heureux, il n'y a pas de juste milieu. Elle ne savait plus quoi dire, ni même quoi penser. C'était ça alors la vie ? La souffrance et le bonheur, puis la chute. Devenir une catin, fumer, se droguer de temps à autres, se bourrer la gueule et décevoir tout le monde ? C'était ça, sa vie. Et plus rien ne changerait ce qu'elle était devenue. Elle mourrait seule une nuit d'hiver, détruite par la drogue, sans personnes autour d'elle. Elle passa sa main dans les cheveux du jeune homme, et ses larmes continuèrent à couler, ruinant son maquillage. Elle n'était plus la même face à lui, jamais elle ne serais la même. Elle le garda dans ses bras, se sentant mieux avec son odeur près d'elle. Il avait une odeur sucré, très plaisante. C'était ça qui lui avait plus chez le jeune homme. Elle frissonna, et ses pleurs devinrent plus fort en sentant le baiser de Min Su sur sa nuque. Pourquoi détruisait-elle tout ceux qui l'aimait ? Pourquoi s'éloignait-elle de tout le monde de peur de souffrir, alors que c'était ça justement qui lui faisait mal. - Ne cherches plus à me faire du mal.. Ne le fais plus.. s'il te plaît.. Ne me brise pas encore une fois... Elle se mordit la lèvre jusqu'au sang, et laissa le sang perler lentement le long de sa lèvre, puisqu'à son menton. Il essuyait ses larmes, tandis qu'elle regardait ailleurs, elle aurait préfère mourir plutôt que voir son visage inondé de larmes.

- Je ne voulais pas ça, crois moi Min Su..


Elle observa le jeune homme qui s'approchait. Son front contre le sien, ses sanglots se calme, tandis que le pouce du jeune homme lui caressait lentement la joue. Il avait grandit. Avant, il n'aurait jamais fait ça, elle le savait. Et alors qu'il ouvrait la bouche, elle sut qu'il allait lui donner le coup fatal.- Nous ne serons peut-être jamais un... couple.. Mais ne m'oblige pas à te détester, ça sera impossible pour moi.. Je veux juste cesser de ressentir cette douleur alors à l'avenir, évite-moi seulement... Fais comme si jamais tu ne m'avais connu et... ne tombe jamais amoureuse.. Contrairement à ceux à quoi elle s'attendait, ce n'était pas la peine qui s'envahissait de son âme. C'était de la colère, de la haine. Elle se releva d'un bond, relevant le jeune homme avec elle. Petite, mais elle avait tout de même de la force. Elle ramassa sa cigarette qui était tombé à terre, la ralluma. Des éclairs, des flammes dans les yeux. Elle recula, et avança son pied droit vers le jeune homme. Elle passa ses mains dans son dos, laissant sa cigarette dans sa bouche. Elle serra son poing gauche, et sans que le jeune homme ne le voit, elle lui envoya en plein visage, évitant le nez. Elle le frappa de toute ses forces, en criant. Elle lui envoya un second coup dans le visage et se mit à lui parler, en colère comme jamais. Une voix pleine de fureur.

- Je suis partie parce que je t'aimais. Je pleure parce que je t'aime, alors ne me dis plus jamais de t'oublier et de ne jamais tomber amoureuse. Tu n'es qu'un connard, un salaud, je ne trouve même pas les mots. Je t'aime, salop !


Elle se redressa correctement, saisit son sac, et resta face à lui, sa haine ne passant pas.
Revenir en haut Aller en bas
gS
avatarSong Min SugS

Humeur : Qui veux jouer avec moi à la balle ? =D
Where am I ? : Dodo u_u In my bed. x)
Messages : 32

baby, that's me!
;Réputation:
100/100  (100/100)
;Relationships:
; my D I A R Y:

MessageSujet: Re: Entre pinceau&peinture | Yu Ri   Lun 9 Nov - 22:01

    Tout ce qui lui venait en tête était ce « pourquoi » ? Il avait tant de chose à lui dire qu'il ne savait plus par où commencer. Son regard, ces bras l'entourant. Il n'était même plus capable de comprendre correctement. Elle l'avait quitté mais aujourd'hui, il ne savait même plus qui avait raison ou tord entre eux deux. Elle le perdait, sa propre raison se noyait. Où était le vrai du faux ? Sans aucun doute son propre amour le forçait à se taire, nettoyant les joues de la belle afin qu'aucune larmes ne continue à souiller sa peau si pâle. Autant dire que cette vision de Yu Ri, en pleure, lui faisait très mal. C'est lui qui était blessé, et c'est ces larmes qui coulaient. Où était la logique ? - Je ne voulais pas ça, crois moi Min Su.. Que voulait-elle ? Ça, il n'en savait plus rien maintenant. Il avait tant de mal à la comprendre. Il ne répondit rien, restant silencieux le temps qu'il pose son front contre le sien, laissant sa joue sur son visage, le caressant avec douceur.
    La suite fut bien rapide pour lui. Elle se redressait avec rapidité, le levant à son tour, et en même temps, il agissait comme un vrai pantin, se laissant faire comme si c'était toujours ce qu'il avait fait. Être un pantin de la société. Son visage face au sien, l'air qu'il aperçut dans son regard l'effraya mais il ne fit rien. L'observant seulement. Ce n'est qu'au bout de quelques instants, debout face à la jeune coréenne, qu'il vit ce poing se diriger droit sur lui, incapable de l'éviter. Il le reçut, au visage. Non loin de ces lèvres. Il eut mal, et par le coup et par le geste. Il redressa à peine la tête qu'un second coup lui fut donner, éclatant, cette fois, sa lèvre inférieure. Son visage pencher sur le coté, il cracha au sol ce qui fut un mélange de salive et de sang. Qu'est-ce qui lui prenait ? - Je suis partie parce que je t'aimais. Je pleure parce que je t'aime, alors ne me dis plus jamais de t'oublier et de ne jamais tomber amoureuse. Tu n'es qu'un connard, un salaud, je ne trouve même pas les mots. Je t'aime, salop ! Une minute, une toute petite minutre tandis qu'il encaissait ces paroles, essuyant du revers de sa main, son menton d'où le sang avait légèrement coulé. Elle l'aimait ? Parce qu'il avait osé vouloir son bien ? Elle le frappait parce qu'il avait osé marcher dans son sens ? N'était-ce donc pas ce qu'elle voulait ? Quelle logique y avait-il à ça ?
    Il redressa la tête, prenant le temps de la dévisager avant de répondre, d'un ton qui se voulait blessé mais froid.


    - Tu peux me frapper à m'en tuer, tu peux m'insulter encore, ça ne changera rien. Tu m'as abandonné pour une question de sentiments. Tu as préféré fuir que d'affronter la réalité, de ne penser qu'à toi. Devrais-je, moi aussi, te frapper pour ta lâcheté ?


    Il ne l'a frapperait pas, il ne le pourrait pas. Il posa ces mains sur les épaules de Yu Ri, et la repoussa afin qu'elle cesse ces coups de colère et pour ne pas qu'elle le frappe de nouveau. Comment pouvait-elle se permettre une chose pareille ? Elle avait bien disparut, pourquoi serait-ce à lui de payer ? Ce n'est pas lui qui avait pris ce fichu avion et pas elle qui avait pleuré pendant des heures à l'aéroport dans l'espoir que cet avion revienne.
    Il posa ces mains sur ces côtes, puis en remonta juste une à sa lèvre pour l'essuyer de nouveau. Il en garderait une marque, c'était certain. Mais tant pis, ce n'était pas son principale soucis pour l'instant.


    - Je t'ai attendus, et je t'attends encore. Sais-tu que je n'ai aimé personne d'autre depuis ? Parce que j'avais peur que si je venais à aimer quelqu'un, je finisse par t'oublier entièrement. J'ai tout gardé de toi, et je ne veux plus rien perdre. Plus jamais. Et tes coups ni feront rien.


    Il ne cillait pas, gardant son regard ancré dans le sien, sans jamais détourner son attention. Lui prouver qu'il était sur de ce qu'il disait et que rien ne le ferait changer d'avis. Il l'aimait, depuis leur premier baiser qu'ils avaient échangé et n'avait jamais cessé de l'aimer depuis ce temps. Au fond, même pendant cet absence, c'était elle qui détenait son coeur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarInvitéInvité


MessageSujet: Re: Entre pinceau&peinture | Yu Ri   Lun 9 Nov - 23:10

Yuu continuait à fumer. Pourquoi ? Elle repensait sans cesse à sa vie. Paris, cher Paris.. Yu Ri se promenait sans cesse, visitait la ville de fond en comble. Et lorsqu'elle montait dans la tour Eiffel, elle regardait les autres couples. Et son coeur se serrait, et les larmes coulait le long de son visage. Elle était ici depuis 3 mois. Elle était première de sa classe, les profs l'adoraient, et elle avait un grand groupe d'amis. Les jours passaient lentement, et plus d'une fois, elle lui avait écris, sans jamais envoyer les lettres, ou les SMS. Et parfois, en pleine nuit, elle l'appelait en numéro anonyme juste pour entendre sa voix. Il ne répondait pas toujours, mais ça lui faisait du bien d'entendre sa voix, ne serait-ce que sur son répondeur. Elle inspira un grand coup. Elle n'était plus la Yu Ri d'avant, c'était fini. Elle avait 19 ans, il était temps de grandir. Ce jour là, elle avait coupé ses si longs cheveux, ceux que Min Su aimait. Puis au fur et à mesure, tout avait changé dans sa vie. Mais toutes les 2 semaines, le vendredi elle l'appelait. Et elle répétait ce geste durant deux ans. Ce jour là, sur la tour Eiffel, elle avait décidé de l'oublier. Persuadée qu'elle ne le reverrait jamais plus. elle savait qu'elle devrait retourner en Corée, mais n'y pensait plus. Les jours passaient lentement, mais elle allait de mieux en mieux. Ce jour là, elle avait jeté la photo qu'elle avait toujours sur elle dans la Seine, et l'avait regardé flotter et s'éloigner lentement d'elle, sentant de cette façon la douleur quitter son coeur et son corps. Elle se releva d'un coup, envoya ses cheveux en arrière, puis sourit. Paris, la ville de ses rêves. Ahn Yu Ri était de retour, et bien. Souffrance, encore et encore. Elle divaguait, et aurait bien eu envie de se fumer quelques choses, pour tout oublier, à nouveau. Être défoncé comme jamais, et tout oublier. Crève. La voix blessée et froide de Min Su résonna dans ses oreilles. - Tu peux me frapper à m'en tuer, tu peux m'insulter encore, ça ne changera rien. Tu m'as abandonné pour une question de sentiments. Tu as préféré fuir que d'affronter la réalité, de ne penser qu'à toi. Devrais-je, moi aussi, te frapper pour ta lâcheté ? Elle se plaça face au jeune homme, et dégagea ses cheveux de son visage. Elle laissa tomber sa cigarette, qu'elle éclata d'un coup de talon, et laissa ses bras pendre le long de son corps. Elle s'approchait encore, et dis avec un sourire.

- Je t'ai abandonné parce que j'ai eu peur. Vas-y, Song Min Su. Frappe-moi, je sais que tu en as envie. Vas-y, je ne te retiendrais pas. Je t'aime, et je te l'ai dis. J'ai dis ce qui comptait le plus pour moi, et que je me cachais depuis plus de deux ans. Lâche-toi.


Il ne le ferait pas, elle le savait. Et peu à peu, sa colère passait, et elle se rendait compte de ce qu'elle avait fait. Min Su posa ses mains sur ses épaules, et la jeune fille ne régissait pas. Son regard était fixé sur la lèvre éclaté du jeune homme. - Je t'ai attendus, et je t'attends encore. Sais-tu que je n'ai aimé personne d'autre depuis ? Parce que j'avais peur que si je venais à aimer quelqu'un, je finisse par t'oublier entièrement. J'ai tout gardé de toi, et je ne veux plus rien perdre. Plus jamais. Et tes coups ni feront rien. Les larmes coulait de nouveau sur son visage, sans qu'elle ne parle. A quoi cela servait-il d'aimer ? Il avait raison. Elle n'aurait jamais du aimer, jamais. Min Su, si tu ne m'aimes plus, tue moi. Maintenant. Elle ferma les yeux, pleurant toujours, sans un bruit.

- Je te le répète encore, je t'aime, Song Min Su. Mais si tu me vois uniquement comme celle qui t'a brisée, arrête de penser à moi. Et laisse moi crever, quelque part dans un coin. Mais j'ai juste une chose à te dire. Chaque vendredi, toutes les deux semaines, tu recevais un appel d'un numéro masqué qui te laissait parler dans le vide. C'était moi, Min Su. Tu entendais des sanglots au début de ses appels. C'était moi, toujours moi.


Elle déposa un bref baiser sur les lèvres si douces du jeune homme, pour la première fois depuis deux ans. Elle s'empara de son sac, et recula. Il fallait mettre fin à cette histoire, y mettre fin. Soit il finirait ensemble à nouveau, soit ils se détruirait. Elle reculait doucement. Et murmura ce qu'elle n'avait jamais dis.


- Aime moi.
Revenir en haut Aller en bas
gS
avatarSong Min SugS

Humeur : Qui veux jouer avec moi à la balle ? =D
Where am I ? : Dodo u_u In my bed. x)
Messages : 32

baby, that's me!
;Réputation:
100/100  (100/100)
;Relationships:
; my D I A R Y:

MessageSujet: Re: Entre pinceau&peinture | Yu Ri   Mar 10 Nov - 0:34

    Elle croyait vraiment qu'il serait capable de lever la main sur elle ? Une autre fille, qui l'aurait frappé de la même façon, il n'en aurait pas eut peur, mais elle, c'était tout de même celle qu'il aimait, alors elle pouvait très bien faire ce qu'elle voulait, jamais il ne la frapperait. - Je t'ai abandonné parce que j'ai eu peur. Vas-y, Song Min Su. Frappe-moi, je sais que tu en as envie. Vas-y, je ne te retiendrais pas. Je t'aime, et je te l'ai dis. J'ai dis ce qui comptait le plus pour moi, et que je me cachais depuis plus de deux ans. Lâche-toi. Il ne fit que la regarder, plantant son regard dans le sien, sans bouger. Elle ne pouvait pas lui demander l'impossible, encore une fois. Il parla. Une nouvelle fois, et il ne put qu'observer les larmes de Yu Ri dévaler sur ces joues, sans qu'il ne puisse rien faire, restant planté face à elle.
    - Je te le répète encore, je t'aime, Song Min Su. Mais si tu me vois uniquement comme celle qui t'a brisée, arrête de penser à moi. Et laisse moi crever, quelque part dans un coin. Mais j'ai juste une chose à te dire. Chaque vendredi, toutes les deux semaines, tu recevais un appel d'un numéro masqué qui te laissait parler dans le vide. C'était moi, Min Su. Tu entendais des sanglots au début de ses appels. C'était moi, toujours moi.
    Je ne te vois pas comme celle qui m'a brisé, mais comme celle que je voudrais qui me répare. Il le voulait, plus que tout, devenir sien, et qu'elle ne soit qu'à lui à présent. Mais il ne pu rien lui dire d'autre. Ces coups de téléphone, c'était elle ? Mais pourquoi elle n'avait jamais parlé ? Pourquoi il avait été le seul à répondre ? Il n'avait pas pu entendre le son de cette voix.. Rien d'autre que le silence.
    Son téléphone venait de sonner, et comme d'habitude, il avait sautiller jusqu'à ce dernier, posé sur sa table de nuit. Numéro inconnu.. Tiens, étrange, et on était quel jour ? Vendredi. Il avait beau tout tenter, il n'avait rien pu faire. Les même vendredi, ce même coup de téléphone, silencieux. « yeoboseyo ? Yeoboseyo ? » mais rien que ce souffle.. cet respiration, et même lui avait-il semblé entendre un sanglot une fois ou deux.. Il ferma les yeux, sous ce doux baiser, presque trop léger mais qui le fit se sentir tout de suite si bien. Il avait l'impression de planer, d'avoir pris plusieurs injection d'héroïne bien qu'il n'en avait jamais pris et ne connaissait donc aucun des effets de la drogue, mais il se sentait ivrement bien. - Aime moi. C'est tout ce qu'il entendit, se réveillant doucement pour ouvrir enfin les yeux. Elle était plus loin, elle avait reculé, et la distance entre eux deux l'avait insupporté. Il s'avança alors, légèrement, juste un pas ou deux.

    - A quoi ça sert de me demander ça... alors que je t'aime déjà ?


    Pour la première fois, il allait oser. Sa main s'avança, attrapant avec délicatesse le poignet de Yu Ri pour l'attirer doucement à lui. Une fois assez proche, il posa volontairement ces lèvres sur les siennes, lui offrant un baiser à son tour, mais plus appuyé, moins léger, plus tendre et plus prononcé. Il en avait besoin de ce baiser. Tout comme elle en aurait sûrement besoin. Sa main entourant son poignet se desserra pour venir se glisser dans sa main, entremêlant leur doigts. Ils étaient si bien là, personne pour leur dicter leur conduit, personne pour s'opposer à leur amour, ni rien pour le faire. Il ne fallait pas qu'elle fuis de nouveau, où il n'en survivrait pas cette fois, il se laisserait probablement sombrer, tout seul, sans le moindre effort pour tenter de garder la tête hors de l'eau. Son autre main se glissa sur l'épaule de Yu Ri, venant la lui serrer légèrement, que ça faisait du bien de retrouver ce contact...

    Finalement, il relâcha ces lèvres, rouvrant les yeux pour faire face à son regard, lui adressant un léger sourire, malgré sa blessure et ces joues encore rouge de ces précédente larmes. Il était mieux. Et ça se sentait. Son air enfantin revenait, ces traits redevenait plus joyeux. Yu Ri.. Je t'aime, et tu le sais, toi aussi, alors ne nous empêchons plus de rien. Nous sommes les deux seul dans notre royaume, et nous gouverneront dans notre monde. Le notre. ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarInvitéInvité


MessageSujet: Re: Entre pinceau&peinture | Yu Ri   Dim 22 Nov - 21:07

Yu leva la tête, fière comme toujours. C'était quoi l'amour ? A chaque instant qui passait, cette notion s'effaçait de son coeur. Sauf face à lui. C'était quoi cette sensation, ce tiraillement dans sa poitrine ? C'était tellement inconnu, tellement ..nostalgique. Comme quand elle était plus jeune, et qu'elle croyait encore au conte de fée. Espoir, ce cher espoir qui l'avait abandonné. Je t'aime, crétin. Non, aimer n'était pas ce qu'elle voulait. Conflit intérieur, tu veux me détruire ? La vie n'est ni noire ni blanche, et elle n'est pas rose non plus. Tantôt blanche, tantôt noir, ça passait par toutes les couleurs, non ? Comme celle qui était à quelques pas d'elle, écrasée sur le sol, formant une forme étrange de toute les couleurs. Sa sucette écrasée en milles morceaux était toujours au sol, elle regarda le ciel un instant. Tout était si bleu, finalement. N'y avait-elle qu'elle qui se sentait mal ? La terre ne tournait pas pour elle, point à la ligne. Ses yeux se posait partout, sauf sur Min Su. Ne pas le regarder, essayer de voir ailleurs, et fermer les yeux quand leurs lèvres se touchèrent. Souvenirs, rêves, bonheur, amour. Notion utile, oublié. L'amour n'était pas le plus important pourtant, non ? Et se laisser plonger dans ses yeux. Elle se ressaisit lentement, et replaça ses cheveux, et reposant son sac sur son épaule. La réputation reste la réputation. Un léger sourire se dessina sur ses lèvres, sincère ou pas ? La question, ça n'était pas ça.- A quoi ça sert de me demander ça... alors que je t'aime déjà ? Yuu restait tout de même méfiante. Allez savoir pourquoi. C'était comme ça, et pas autrement. A notre époque, on ne peut pas vivre d'amour et d'eau fraiche, c'est bien trop naïf. Est-ce qu'il l'aimait vraiment ? On ne peut jamais vraiment savoir. Parfois c'est mieux, parfois pas. Elle sentit les lèvres de Min Su se poser sur les siennes, et ferma les yeux. Ses doigts serrèrent ceux du jeune homme. C'était sa vie, rien de plus, rien de moins. Tout son caractère dépendant de ce qu'elle avait vécu, de ceux qu'elle avait rencontrée. Et quand les années passent, on change forcement. Et elle avait 21 ans. L'âge ou on commence à se fixer, à ce qu'il parait. C'était ça que ses parents voulaient non ? Qu'elle se fixe sagement. Elle avait toujours dis que jamais ça ne serait le cas. Mais peut-être qu'un jour, elle trouverait le bon. Peut-être était il face à elle en ce moment même ? Ne pas se faire de film, c'est inutile, non ? Elle s'éloigna doucement de lui, sans lâcher sa main, et d'un leger signe de tête lui fit signe de prendre sa mallette, explosée cela dit. Elle se ralluma une cigarette, ne faisant pas attention au fait que Min Su n'aimerait peut-être pas ça. Elle fumait silencieusement.

- Il va falloir du temps, avant que tout redevienne normal, non ? Ce n'est pas si facile que ça de se revoir après quelques années.


Mais c'était leur histoire, et tandis que sa main serrait celle du jeune homme, un sourire se dessina sur ses lèvres. Peut-être toucheraient-ils du bout du doigts ce qu'on appelle bonheur ? C'était à elle de guider son destin. Sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Entre pinceau&peinture | Yu Ri   

Revenir en haut Aller en bas
 

Entre pinceau&peinture | Yu Ri

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
kyunghee complex. :: ▬ S E O U L - C I T Y :: 
■ S e o u l D o w n t o w n ■
 :: Cheonggyecheon
-
C’est avec joie et fierté que je vous annonce le début de cette nouvelle année. Paix, bonheur, amour, argent et tout le blabla habituel qui se dit chaque année, mais surtout de l’action. Parce que franchement chers élèves, vous me décevez, je n’ai pratiquement rien eu de croquant à me mettre sous la dent pour me délecter des nouveaux arrivants dans notre institut. J’ai dut me tromper quelque part puisque, vous n’êtes pas aussi intéressants que je l’aurais cru. Non en fait je mens, je sais parfaitement que vous êtes tous de vrai obsédés, des malfrats, des crétins bon à l’école, des fous, des hypocrites, des fêtards. Pourtant, dans tout ce que je viens de nommer, rien ne vient à mes oreilles. Je n’ai absolument aucun fait pour accentuer mes paroles. Pour le moment, vous restez que des égoïstes qui gardent bien cachés leurs petits problèmes d’étudiants hormonaux. Vous me décevez sincèrement et j’ai bien l’intention de remédier à tout ça. Oh ! Ne me demandez pas comment, vous verrez bien lorsque tout arrivera. Quoi qu’il en soit, je ne peux qu’affirmer que cette école partira du bon pied en ce qui concerne l’année 2010 ! Ou du mauvais pied… tout dépend de la façon dont on voit la chose… c'est-à-dire dans votre peau ou dans la mienne. Tant pis pour vous bande de cachotiers, vous l’avez bien cherché ! Bon, je dois vous laisser, j’ai quelques coups de fil à faire et vous m’ennuyez profondément. J’aimerais quand même prendre le temps de vous indiquer que depuis quelques jours, vous l’aurez sûrement remarqué, il y a beaucoup d’agitation autours de l’enceinte. Peut-être que vous étiez trop occupés à faire vos prudes avec mon magnifique cadeau de bracelet tendance noël 2009. Aucune reconnaissance pshht. Je n’ai eu aucun merci d’ailleurs ! Enfin quoi qu’il en soit de votre impolitesse, prenez garde à vos arrières, il semble qu’il y ait un homme dans la trentaine qui parcoure les couloirs. La sécurité à tenté de le chasser mais… j’en ai décidé autrement. Il est beaucoup trop louche pour ne pas le laisser en liberté avec vous tous ! …. Merci et … bonne année !



T O P . F R I E N D S ; ♥

               more | you?
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit